A jamais

À jamais

Je ne suis qu’un homme… Une créature bien inférieure à ces êtres magiques si majestueux. Jamais je n’aurai cru avoir un jour la chance d’en apercevoir une. Moi, l’humble pêcheur. Le solitaire à la peau basanée par le soleil. Les mains abîmées par la mer. Les yeux noyés par le chagrin.

Elles ne sont que légendes, que fantasmes de marins en manque d’amour. Et pourtant, ce soir, elles m’ont offert un spectacle qui m’a réchauffé le cœur. Leur chant délicat a apaisé ma colère et ma peine. Leur danse a rendu son sourire à mon visage sombre. L’espace d’un instant, j’étais libéré de ma douleur. Je me sentais léger. Enfin en paix. Oubliant l’horreur de cette nuit tragique. Ce cauchemar qu’était devenue ma vie.

Aujourd’hui, je ne rentre pas au port. Plus personne ne m’y attend. Alors, à quoi bon ? Je préfère rester en mer à contempler ces anges. L’une d’elle me rappelle ma bien-aimée. Son visage. Ses cheveux noirs. Son regard perçant. Son sourire… Je ne veux plus la quitter. Je veux être à ses côtés. Retrouver la chaleur de ses bras.

– Alice… C’est bien toi ?

Elle fait signe de me rapprocher. De venir à elle. Je n’y résiste pas. J’ai rêvé tant de fois de ce moment. Sans attendre, sans méfiance, je plonge. L’eau glacée me mord la peau, mais peu importe. Bientôt, je serais lové contre son corps de sirène. À jamais.

Texte de L.S.Martins

Image par ImaArtist de Pixabay 

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.