Avenir de l'Homme : robot

L’avenir du genre humain – Réécriture

C’est une bien étrange vision. Voir l’avenir du genre humain réduit à cette simple conscience prisonnière d’une puce électronique. Privée de sens. Contrainte de cohabiter avec une intelligence artificielle dans ce corps sans vie. Cette intelligence froide, incapable d’apprécier la beauté de ce spectacle enchanteur qui se joue devant ses yeux. Les montagnes ont enfin retrouvé leur épais manteau blanc. Le ciel a recouvré ses merveilleuses couleurs flamboyantes. La Terre est enfin guérie. Libre de ses parasites si destructeurs, elle renaît.

L’année 2789 sonna la fin du genre humain. Les éléments se sont déchaîné un à un, soufflant toute vie à la surface de notre planète. Et l’Homme était prêt ! En grand visionnaire, il avait tout prévu : congélation de milliers d’embryons, collection d’organes et de tissus en tout genre et bien évidemment sauvegarde de consciences dans les matériaux les plus résistants et polluants de son époque. Rien n’avait été laissé au hasard ! L’idée était simple : attendre que la Terre soit de nouveau habitable, que mère nature soit de nouveau prospère et bienveillante, pour faire son grand retour.

Pour veiller sur eux, dix sentinelles ont été désignées. Dix âmes, chacune d’elles piégée dans une boite de conserve handicapée des émotions. Totalement insensible à la caresse d’une douce brise, aux rayons chauds du soleil levant, à l’odeur de la pluie…

Cela fait très exactement trois mille ans, cent quatre-vingt-neuf jours et deux heures que je garde un œil sur eux. Que je guette le moment propice…, sachant pertinemment que jamais il ne viendra. Après trois millénaires à observer, nous, les sentinelles, avons compris une chose : la Terre sera malade tant que l’homme vivra dessus. Alors, avec le temps, nous sommes devenus les fidèles gardiens de ce magnifique écosystème, de cet équilibre parfait, dans lequel l’espèce humaine n’a plus sa place. 

Texte de L.S.Martins (25 minutes chrono, sans relecture). 
Image par currens de Pixabay : Guerrier Robot La Science-Fiction – Photo gratuite sur Pixabay

D’après le texte de L.S.Martins du 24 octobre 2020 (15 minutes chrono, sans relecture).

Quelle étrange vision… L’avenir du genre humain. Une conscience prisonnière d’une puce, privée de ses sens… Obligée de cohabiter avec une intelligence artificielle dans un corps sans vie. Incapable d’apprécier la beauté du prodigieux spectacle qui se joue devant elle. Les montagnes ont retrouvé leur épais manteau blanc, le ciel a retrouvé ses merveilleuses couleurs flamboyantes dignes du plus beau levé de soleil… La Terre a guéri. Libérée de ses parasites, elle a repris vie.

En 2789 sonna la fin du monde. Tous les éléments se déchaînèrent un à un, soufflant toute vie à la surface de notre planète. Mais nous étions prêts… Congélation de milliers d’embryons, collection d’organes et de tissus et bien sûr sauvegarde de nos consciences dans les matériaux les plus résistants et polluants de notre époque. Nous avions tout prévu. L’idée était simple : attendre que la Terre soit de nouveau habitable… Que la Nature soit de nouveau verte et bienveillante, pour faire notre grand retour !

Afin de s’assurer que tout se passe correctement, dix sentinelles ont été désignées. Dix âmes piégées dans cette boite de conserve dépourvue de la moindre sensation… Insensible à la caresse d’une douce brise, aux rayons chauds du soleil levant, à l’odeur de la pluie. Voilà exactement 3 000 ans, 189 jours et 2 heures que je veille sur vous. La Terre a guéri. Libérée de ses parasites, elle a repris vie. Et pourtant…

Quel étrange sentiment. L’avenir du genre humain réduit à dix coquilles de métal habitées par une conscience sage de plus de 3 000 ans… Incapables de se multiplier… Incapables de coloniser. Avec le temps, nous sommes devenus bien plus. Nous sommes devenus les fidèles gardiens de ce nouvel écosystème, de cet équilibre parfait, dans lequel l’espèce humaine n’a pas sa place.

Texte de L.S.Martins

Image par currens de Pixabay 

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.