Griffon

Les Gardiens – Réécriture

– Qu’est-ce que c’est, papa ?
– Des Gardiens, mon fils.
– Mais que gardent-ils ?
– Ils sont ici pour veiller sur la nature et notre précieuse planète.

L’enfant s’approche doucement d’une des statues effrayantes. Craintif, il suit du bout du doigt chacun des contours de cette étrange créature : les immenses ailes déployées, les yeux sévères, le bec menaçant, et les pattes puissantes. Puis il recule d’un pas, cherchant le réconfort de la présence de son père.

Avec un air embêté, il annonce d’une voix timide :

– Mais c’est un gros caillou taillé en forme de monstre. Ça ne peut pas être un gardien, papa.

L’homme s’accroupit devant son fils. Il le regarde attentivement, un sourire amusé sur les lèvres, avant de lui conter la légende de ces étonnants Gardiens.

– Bien sûr que si. Mais ils dorment profondément depuis si longtemps, que l’épaisse couche de poussière qui les recouvre a fini par former une solide carapace. C’est pour cela qu’ils ressemblent tant à des statues. Mais ils sont bel et bien conscients de tout ce qui les entoure. Ils guettent seulement le moment adéquat pour se réveiller.
– Comment ?
– Par magie, voilà tout.

L’enfant se rapproche pour examiner de plus près cet animal singulier, avant de demander :

– Et s’ils étaient prisonniers et qu’ils ne pouvaient pas se libérer ?
– Pourquoi dis-tu ça ?
– Je ne sais pas…, dit le jeune garçon en haussant les épaules. Maman pleure chaque fois que vous regardez les infos. Elle n’arrête pas de dire qu’on ravage la planète. Que les Hommes ne sont que des sauvages et des fous. Alors pourquoi les gardiens dorment toujours ? Ils ne devraient pas protéger la nature ?
– C’est une excellente question, murmure le père étonné par la maturité surprenante de son fils. Peut-être qu’ils estiment que nous ne sommes pas si dangereux.
– Maman m’a dit que nous étions le pire fléau de tous les temps…
– Elle exagère un peu… Mais ça, ça doit rester entre nous ! Allons-y, nous avons encore un sac à trier. Tu vois, nous contribuons à préserver la planète.

L’esprit ailleurs, l’enfant reprend machinalement son chemin, un sac de déchets à la main. Peut-être avait-il raison. Si les gardiens ne se réveillent pas, c’est que l’Homme n’est pas si mauvais…

Texte de L.S.Martins (30 minutes chrono).
Image par Macyvi de Pixabay 

D’après le texte de L.S.Martins du 22 octobre 2020 (20 minutes chrono, sans relecture).

– Qu’est-ce que c’est papa ?
– Un Gardien.
– Mais que gardent-ils ?
– La Nature… Notre planète.

L’enfant s’approcha doucement de la statue effrayante. Du bout du doigt, il en dessine chacun des contours : ses immenses ailes déployées, ses yeux sévères, son bec menaçant, ses pattes puissantes… Il était très impressionné par la force que dégageait cette créature de pierre.

– Mais ce n’est que de la roche… Comment peuvent-ils garder la Nature ?

L’homme se rapprocha de son fils.

– Ils dorment profondément. Le temps les a recouverts d’une épaisse couche de poussière minérale, qui, au fil des années, a formé une solide carapace. Et, malgré ça, ils sont conscients de tout ce qui les entourent… Et le moment venu, ils se réveilleront.
– Comment ?
– Par magie, voilà tout.
– Et si ils étaient prisonniers et ne pouvaient se libérer ?
– Pourquoi dis-tu ça ?
– Eh bien… Je ne sais pas. Maman pleure à chaque fois que vous regardez les informations. Elle n’arrête pas de dire qu’on ravage la planète. Que les Hommes ne sont que des sauvages… Alors pourquoi dorment-ils toujours ?
– C’est une excellente question. Peut-être qu’ils estiment que nous ne sommes pas si dangereux…
– Maman m’a dit que nous étions le pire fléau de tous les temps…
– Elle exagère un peu… Mais ça reste entre nous ! Allons-y, nous avons encore un sac à trier. Tu vois, nous contribuons à sauver la planète.

L’enfant reprit son chemin, suivi de son père. Peut-être avait-il raison… Si les gardiens ne se réveillent pas, c’est que l’Homme n’est pas si mauvais.

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.