La gargouile

La gargouille

La frêle barque se mit à tanguer dangereusement. Impossible de freiner sa course. Les eaux paraissaient si paisibles pourtant ! Les deux hommes, inconscients de la menace, s’étaient laissé emporter par le courant, et se dirigeaient tout droit vers les cascades de la mort !

  • Le moteur ne démarre pas, hurla désespérément Peter.
  • Comment ca y démarre pas ? C’est pas possible. Tu t’y prends comme un manche. Pousse-toi !

Léon se leva et fit basculer la barque. Peter tomba dans l’eau glacée et sa tête heurta violemment l’un des rochers saillants qui les entouraient. Fin du voyage pour Peter ! Son corps inanimé dérivait déjà, laissant une étrange couleur rosée dans son sillage.

  • Peter ? Peter, t’es conscient ? Et merde ! Bon débarras ! Ca fera plus de richesse pour moi.

Léon poursuivit alors sa folle mission ! Déguisé en simple pécheur, il n’était pas sur ces eaux pour le calme et la beauté du paysage… Non, il était là pour une toute autre raison : les yeux flamboyants de la gargouille. Un trésor inestimable d’après les légendes étrangères. Une statue érigée sur les ordres d’un homme riche et puissant, seigneur de notre splendide région… 150 tonnes de pierre taillée par les plus habiles artisans durant près de 10 ans. Quant à ses yeux, les plus beaux rubis du monde de quelques centaines de kilos chacun. Un chef d’œuvre destiné à terrifier nos ennemis.

Mais chez nous, l’histoire est nettement différente… On raconte que cette gargouille se serait échappée des enfers. Gardien des plaines ardentes, elle ne supportait plus ces visions d’horreur… Ni même ces âmes immondes. Alors elle déploya ses ailes et s’enfuit. Le Diable en personne aurait essayé de la rattraper, mais en vain. Elle chercha durant des jours et des jours un endroit où se poser. Et c’est notre lac qu’elle choisit. Subjuguée par la beauté du paysage, elle n’est jamais repartie. Les siècles l’ont recouverte d’une couche de poussière formant une carapace de pierre, mais ses yeux brûlent toujours. Et depuis ce jour, elle nous protège, punissant quiconque aurait des intentions malveillantes.

Léon s’approcha de la gargouille endormie, et entreprit de l’escalader. Lorsqu’il arriva enfin au sommet, son cœur battait la chamade. Il s’imaginait riche… Profitant de la vie : un palace, les voitures les plus coûteuses, les femmes les plus ravissantes… Bref le paradis selon Léon ! Mais lorsque ses doigts frôlèrent l’œil rougeoyant de notre protecteur, il se mit à hurler. Un cri de douleur et de terreur qui résonna dans toute la vallée. Et dans un nuage de fumée noire, il disparut…

Nul ne l’a jamais revu. Ni Peter d’ailleurs ! Mais si vous vous approchez suffisamment, vous pourrez apercevoir dans le regard de la gargouille les deux hommes hurler et supplier qu’on les libère !

Texte de L.S.Martins

Image par Enrique Meseguer de Pixabay 

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.