Histoire des anciens

Histoire des anciens

  • Eh, mec ! T’as vu ça, là-bas ? C’est quoi ? On dirait des visages ! cria Jo, par-dessus le bruit du moteur fatigué de leur moto.
  • De quoi tu parles encore ?

Sans répondre à Peter, Jo sortit du chemin pour s’aventurer dans les herbes hautes. Après de nombreuses secousses et dérapages contrôlés, il s’arrêta à l’orée d’un étrange champ. Des morceaux gigantesques de bois, tous sculptés, se dressaient devant eux. Ils avaient bravé le temps sans trop d’égratignures, malgré les tempêtes, les pluies radioactives, le froid, le feu…

  • Putain, mais t’as quoi dans le crâne ! Tu nous as fait faire un détour pour ça ? hurla Peter.
  • Bah, j’sais pas… Je trouvais ça bizarre et je voulais voir c’que c’était ! répondit Jo, penaud. Tu sais, toi ?
  • Bien sûr ! J’écoute les anciens moi !
  • Ouais… Ils nous racontent toujours les mêmes histoires… Des trucs magnifiques qu’on ne verra jamais parce qu’ils ont été trop cons… souffla Jo.
  • Je comprends… C’est la forêt du Nord, reprit calmement Peter. Il y a deux théories. Tu veux laquelle ?
  • Fais-moi rêver…
  • Ok… Alors voilà. Avant ici, il y avait ce que les anciens nomment une forêt. C’était une vaste étendue pleine de vie… Elle était composée de toute sorte de plantes dont les couleurs changeaient au fil des saisons. Elle abritait des animaux, comme les oiseaux et les écureuils que dessine ton vieux. C’était un lieu paisible et magique. D’après mon père, si l’on faisait attention, on pouvait percevoir le chant de la nature et entrevoir le sourire des Dieux sur le tronc de chaque arbre. Mais le jour de l’apocalypse, seuls demeurèrent ces visages sans vie… Les témoins impuissants de la destruction de notre planète… Prisonniers de ce bois fossilisé.

Jo essuya discrètement une larme, et dit :

  • C’est bien ce que je disais… De jolies histoires qui finissent mal à cause de la connerie humaine… Par curiosité, c’est quoi l’autre théorie ?
  • Bah, simplement des hommes qui coupaient et sculptaient des arbres pour faire plaisir à leurs Dieux. Ils faisaient ça avec n’importe quoi : de la pierre, des os, de la terre et du bois…
  • Ok, c’est pas mieux… Je préfère encore l’autre version ! Bon, assez causé. On reprend la route ?
  • Ouaip, mais cette fois-ci, dit Peter en sautant sur la moto, c’est moi qui conduis !

Texte de L.S.Martins

Image par 😊 Thanks for visit 💋 Support me via Coffee button ☕ de Pixabay 

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.