Portrait sombre

La punition de Siseal

Cette nouvelle met en scène trois des personnages phares de mon roman :
Siseal, le père disparu de Sarah;
Spinner, le vampire qui transforma Siseal. Se considérant comme le grand-père de Sarah, il sera un allié très puissant dans sa lutte contre l’Obscurité;
et Kaetilia une magicienne du feu rongée par le pouvoir.  

***

Les cris effroyables qui traversaient les murs étaient la preuve que cela avait échoué. Assis dans le noir, Siseal tentait de réfléchir. Il le savait pourtant… les tests génétiques ne mentent jamais. Il n’aurait jamais dû le faire. Mais face à la souffrance et l’insistance de cet homme, il s’était senti impuissant et avait fini par abdiquer. Quelle tragique erreur !

Mais que faire d’autre ? C’est vrai, Marc était un professeur très respecté, d’une grande université à Paris. Après de nombreuses expéditions qui le conduisirent aux quatre coins du monde, il avait fini par découvrir leur existence. La curiosité, ou peut-être l’imprudence, l’avait poussé à explorer les lieux les plus sordides qui avaient entaché leur histoire… marchant sur les traces de nul autre homme.

Siseal n’avait pas vraiment eu le choix. Mais qui le croirait ? Il ne s’agissait pas de simples divagations d’un fou. Non, Marc avait trouvé un trésor inestimable : le journal intime d’un vampire. Quel idiot ! Toute leur histoire y avait été retranscrite, et ce dans les moindres détails : leur « naissance » sanglante, leurs pouvoirs, leurs faiblesses et bien d’autres secrets. Evidemment, en tant qu’historien, Marc se devait de vérifier chacun des noms, chacune des dates… de recouper chacun des évènements avec l’histoire humaine, afin d’en confirmer l’authenticité… de prouver au monde entier que ce n’était pas un canular ! Ce fut sa dernière quête. La plus sombre de sa carrière. Celle qui l’amena à cet instant funeste et qui l’éloigna à jamais de la femme qu’il aimait. Il maudissait le jour de leur rencontre, mais c’était son unique espoir. Marc se mourrait. Il s’était alors mis à rêver d’éternité, loin de la maladie et de la vieillesse. Devenu une véritable obsession, il partit à la recherche de ces légendaires créatures et trouva Siseal…

Marc était un homme désespéré, ce qui faisait de lui quelqu’un de très dangereux… capable de révéler au monde entier ses découvertes, mettant ainsi en péril la vie de plusieurs centaines d’innocents. Bien sûr, il y a de nombreux sceptiques… mais les autres ? ils auraient pu le croire ! Et l’homme a toujours réagit avec violence face à la magie. Siseal se refusait de revivre le cauchemar de Salem. C’est uniquement pour cette raison qu’il avait accepté. Mais qui pourrait entendre cette vérité ? Un geste de bonté de la part du Boucher était impensable !

Marc obtint alors ce qu’il désirait le plus. Pourtant, cela ne semblait pas le satisfaire. Après plusieurs longues et terribles semaines de sevrage, il exigea une nouvelle « faveur » : sa femme. L’éternité serait un vrai supplice sans elle, disait-il. Il ne pouvait se résigner à la voir mourir, et était incapable de la transformer sans la tuer. Que faire d’autre ? Il était impossible de le raisonner…

Vous comptez faire quelque chose pour Lucie ? hurla Marc. Elle se meurt. Pourquoi ? qu’est-ce que vous lui avez fait ? Pourquoi elle n’est pas comme moi ?

Je vous avais prévenu, mais vous n’avez pas voulu m’écouter, répondit Siseal en essayant de garder son calme. Elle n’était pas compatible avec la mutation qui fait de nous ce que nous sommes. Le mieux pour elle serait d’abréger ses souffrances.

Comment pouvez-vous être aussi froid ? Tout ceci est votre faute !

Ma faute ? Vraiment ? Ce n’est pas vous et vos stupides recherches qui vous ont menés tous les deux ici ? Vous me harcelez depuis des mois et maintenant je suis le salaud de l’histoire ? Un être froid et cruel ?

Marc sortit de la pièce en furie et retourna auprès de sa femme. Siseal l’entendit parler à travers la cloison, mais ne l’écoutait pas. Marc avait raison et il le savait. Lui seul était responsable de la situation et lorsque le conseil l’apprendrait, il en serait fini de lui.

Siseal ! Qu’as-tu fait ?

Perdu dans ses pensées, il n’avait pas entendu la porte de l’appartement s’ouvrir, ni même senti la présence de Spinner, celui qu’il considérait comme son père, sur le seuil. Dès leur première rencontre, Spinner l’avait pris sous son aile, lui le jeune orphelin… il avait toujours veillé sur lui, même dans ses pires moments. Et ils étaient nombreux ! Sa transformation avait fait de lui un être noir, dépourvu de pitié… un excellent chasseur obscur mais totalement incontrôlable ! Sa colère et sa soif étaient ses alliées meurtrières mais également ses plus grandes ennemies.

Il ne leva pas la tête, ne trouvant pas la force de soutenir son regard désapprobateur.

Siseal… continua Spinner. Marc a prévenu le conseil. Kaetilia ne devrait plus tarder. Une fois de plus, je suis intervenu, mais je ne suis pas certain que cela ait fonctionné. Le Conseil ne veut plus entendre parler de tes erreurs… de tes massacres…

Je ne t’ai rien demander ! s’énerva Siseal. Pourquoi cherches-tu toujours à me protéger ? Je ne suis plus un enfant ! J’assume mes erreurs, le conseil ne me fait pas peur.

Vraiment ? Même celles pour lesquelles tu risques d’être banni ou pire encore ?

Son ton était froid et menaçant, mais pas autant que l’atmosphère de la pièce qui venait soudainement de changer.

Spinner, que fais-tu ici ?

Une splendide femme aux cheveux flamboyants se trouvait sur le pas de la porte. Décidemment, il était populaire en ce moment ! Kaetilia était la Grande Gardienne, la magicienne du feu à la tête du Conseil des chasseurs obscurs, ceux qui ont la lourde tâche de faire en sorte que les humains restent ignorants et en sécurité.

Tu ne nous représentes plus, dois-je te le rappeler, prononça la jeune femme d’un ton glacial. Tu n’as rien à faire ici. Je te prierai donc de bien vouloir quitter la pièce.

Kaetilia, laisse-moi le représenter face au Conseil.

Inutile, la décision est déjà prise. Il sera banni, laissé à la merci de tous les faucheurs.

Non, vous n’avait pas le droit… commença Spinner.

Notre premier verdict était la mort, mais par respect pour toi nous sommes revenus sur notre décision, expliqua Kaetilia, d’une voix ferme. Siseal, si je dois te conseiller quelque chose c’est de trouver des alliés rapidement et surtout d’apprendre enfin à contrôler ta folie meurtrière et ton impulsivité. Nous avons des règles, et même le grand Siseal se doit de les respecter !

Je sais… souffla Siseal.

Il semblait avoir de plus en plus de mal à contenir sa rage. Qui serait assez fou pour défier le Conseil et l’aider ? Al, son meilleur ami ? Indris, l’une des magiciennes de la terre ? elle avait déjà fait tant de choses pour lui. Comment lui demander un tel sacrifice ?

Mais avant de disparaitre, tu dois réparer tes erreurs. Tu sais parfaitement ce que tu dois faire, n’est-ce pas ?

Sur les lèvres de Kaetilia se dessina un sourire pervers. Elle lui demandait de tuer ces deux derniers descendants, un acte des plus terribles, même pour Siseal. Spinner le regardait avec compassion, celle d’un père souhaitant soulager son fils d’un lourd fardeau. Mais cette fois-ci, il n’était pas en mesure de l’aider. Toute sa sagesse n’y pouvait rien. Il n’avait plus aucune leçon à lui donner, plus aucun conseil. Aujourd’hui, toutes les cartes étaient entre les mains de son élève. À lui de mettre en pratique tout ce savoir acquis depuis tant d’années sur le contrôle de soi… la maîtrise de sa faim et de sa colère.

Cela ne devrait pas être trop difficile pour toi, le Boucher, ajouta la magicienne d’un ton espiègle, puis elle se retourna vers Spinner. Autre chose, si jamais j’apprends que toi, Spinner, tu l’as une nouvelle fois aidé, vous serez torturés et exécutés tous les deux. J’espère avoir été assez claire.

Ses dernières paroles sonnaient comme une sentence. Siseal put lire dans son regard une lueur qui laissait paraître l’envie inavouable de la mettre à exécution. Il n’était pas le seul monstre dans cette pièce, ni même le plus dangereux. Lui le paria, le chasseur obscur banni, le Boucher… il n’avait aucun pouvoir contrairement à cette femme face à lui. Elle était à la tête du Conseil des chasseurs obscurs, elle, la Grande Gardienne, admirée et vénérée de tous.

Etrangement, à présent, tout lui paraissait si clair… si limpide. Une guerre effroyable se préparait… et l’obscurité semblait avoir déjà envahi le cœur de nombreux d’entre eux.

2 Comments

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *