Ma coéquipière Léila

Léila

  • Moridan, voici votre coéquipière, Léila, et ses deux animaux de compagnie Rex et Hax.

Dans quelle galère je m’étais encore embarqué ? À peine avais-je fini mes classes que je me trouvais déjà sur le terrain avec une femme qui joue aux soldats. Le visage fin et gracieux, les cheveux longs lâchés au vent… Une silhouette svelte mise en valeur dans sa combinaison de cuir noir. Plutôt jolie ! Le capitaine sembla lire dans mes pensées et ne put s’empêcher d’ajouter en souriant :

  • Ne vous fiez pas à ses allures de fillette. L’officier Léila est l’un de nos meilleurs hommes !
  • Bien Monsieur !
  • Bon, je vous laisse faire connaissance. Léila, essayez de le garder en vie plus de deux jours celui-là, s’il vous plaît.

La jeune femme cracha au sol un morceau de métal, m’observa sévèrement quelques secondes et cria au capitaine, déjà loin :

  • C’est pas gagné, chef ! Je vous ai déjà dit que je préfère bosser toute seule.
  • Les règles sont les règles, Léila. Ne discutez pas mes ordres !

Un silence pesant s’installa entre nous. Elle semblait ailleurs, comme occupée, quand soudain elle souffla et m’envoya :

  • Super, un bleu ! Bon voilà ce que je te propose : Tu restes bien sagement à ton bureau pendant que je vais sur le terrain. Tu pourras effectuer les recherches dont j’aurais besoin… ou ce que tu veux, je m’en contre fous. Mais je ne te veux pas dans les pattes.

De toute évidence, elle venait de feuilleter mon dossier sur son gadget qui lui servait de lunettes.

  • Tu traites toujours des coéquipiers de cette façon ?
  • Je n’ai que deux coéquipiers et ils se trouvent au bout de cette laisse ! Compris ? Alors va te préparer un café ou une tisane, et poser ton cul loin de moi.

Hax et Rex commençaient à s’énerver. Ils grinçaient et reniflaient bruyamment en ma direction, comme pour me faire comprendre de déguerpir immédiatement. Mais c’était bien mal me connaître !

  • Écoute princesse. Je ne me suis pas engagé pour obéir aux quatre volontés d’une nana, ok ! Sinon je me serais marié avec l’une de ces écervelées que ma mère m’a présentées. Je ne sais pas pourquoi le capitaine a jugé bon de nous mettre ensemble, mais à partir d’aujourd’hui, tu as un nouveau partenaire. Que ça te plaise ou non !

Surprise, elle me sourit et ajouta avant de monter dans le blinder derrière elle :

  • Ok, tu me plais bien, le bleu ! Allez, grimpe !

Texte de L.S.Martins

Image par Mark Frost de Pixabay 

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.