Pas les bienvenus...

Pas les bienvenus…

L’atterrissage avait été un véritable calvaire… pour ne pas dire catastrophique. Notre navette s’était écrasée contre un antique building en ruine au cœur de ce que les ancêtres nommaient ville. Plusieurs membres de l’équipage avaient été blessés. Rien de très grave, mais cela ne laissait présager rien de bon.

5 minutes à peine sur cette planète et elle nous faisait déjà comprendre que nous n’avions rien à faire céans. Avions-nous fait le bon choix ? Que pouvions-nous espérer en venant ici ? Voilà près de cent ans que l’Homme avait été chassé, alors peut-être que revenir n’était pas une idée raisonnable.

J’avais été enrôlé de force dans la première équipe à destination de la Terre. À cause de mes connaissances… La faune et la flore de cette planète n’avaient aucun secret pour moi. Mon grand-père m’avait enseigné tout ce qu’il savait. Nous étions les botanistes de la colonie depuis plusieurs générations. Et cela me plaisait. J’aimais passer mes journées dans les serres en compagnie de mes plantes… Elles me manquaient tellement.

Et dire que certains s’étaient portés volontaires pour cette mission. De pauvres fous. Ils étaient bien inconscients de ce qu’il nous attendait. Ils semblaient si impatients de reprendre la Terre… de retrouver notre foyer. Mais nous avions perdu ce droit lorsque nous nous sommes pris pour Dieu. Nous étions responsables de notre sort.

L’objectif de notre présence était de s’assurer que la planète était toujours viable et surtout d’étudier les différents spécimens pour identifier leurs points faibles. Une équipe de jeunes surarmés et mal entraînés. Nous n’avions aucune chance…

Ce n’est que le troisième jour après notre crash que nous nous étions enfin décidés à sortir. Les blessures étaient toutes cicatrisées. Aucun risque d’attirer les prédateurs avec l’odeur de notre sang. Nous avancions sur les traces de nos ancêtres, à travers une jungle faite de végétaux, de métal et de béton, quand soudain le sol se mit à trembler. Un rugissement épouvantable fit vibrer l’air. À quelques pas, une lutte acharnée entre un T-Rex et un ptérodactyle. Incroyable. Jamais je n’aurais cru avoir la chance d’assister à un tel spectacle. J’étais comme hypnotisé… jusqu’à ce qu’un bruit horrible résonna, suivi d’un cri terrifiant. L’un des membres de mon équipe avait tiré sur le T-Rex. Quel idiot ! Il n’avait fait que l’énerver et lui révéler notre présence. Nous étions finis !

20 minutes chrono, sans relecture.

Texte de L.S.Martins.

Image par Willgard Krause de Pixabay : Dinosaures T-Rex Ptérodactyle – Image gratuite sur Pixabay

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.