Les ravages du temps

Les ravages du temps – Réécriture

Je me souviens encore des premiers signes de ses méfaits. De ses ravages incontrôlables et destructeurs… Quelques briques effacées ici et là, laissant entrer le soleil dans ma forteresse. Mais je n’ai pas su y prêter attention. Pas avant que cette douce lumière ne vienne gommer les lignes de mon histoire, les images de mon passé, précieusement rangés dans ce palais.

J’ai mis tant d’années à le construire. Pierre par pierre, j’ai passé des heures entières seul sur mon lit à contempler le plafond, au plus grand dam de ma mère. Bien incapable de me comprendre, elle me secouait pour que je revienne à la réalité…, à sa réalité ! Mais je n’en avais que faire. Rien ni personne ne pouvait m’empêcher de m’évader dans mon esprit. Pas même la maîtresse et ses punitions. Étourdi, benêt, fou, débile… et j’en passe. Des surnoms offensants, des moqueries blessantes qui m’ont poursuivi toute ma vie.

Aujourd’hui, une tempête fait rage en moi. Un véritable ouragan qui dévaste tout sur son passage, me privant de mon refuge et de mes souvenirs. Il me sera bientôt impossible de me remémorer le visage de ma tendre épouse ou de retrouver le prénom de chacun de nos enfants. Il ne restera rapidement plus qu’un champ de ruines balayé par une pluie battante. Quant à moi, je suis condamné à n’être qu’un spectateur médusé par l’horreur de cette scène.

Alors que je reste là, immobile et tristement impuissant, j’aperçois une feuille griffonnée virevolter dans les airs avant de tomber à mes pieds. Une des journées les plus exquises de ma vie : notre mariage. Je revois Marie, rayonnante. Elle avait l’air d’un ange dans sa robe blanche.

Un sourire empli de nostalgie se dessine sur mon visage rongé par le temps. Une larme chargée de mélancolie coule sur ma joue ridée. L’inconnue devant moi se saura jamais que ce bref instant de bonheur ne lui est pas destiné. Que je suis déjà loin, incapable de saisir le moindre de ses mots… La maladie a eu raison de moi. Plus jamais je ne pourrais revenir vers elle, dans sa réalité.

Texte de L.S.Martins (30 minutes chrono, sans relecture). 
Image par Pete Linforth de Pixabay : Tempête Conditions Météorologiques – Photo gratuite sur Pixabay

D’après un texte de L.S.Martins du 30 novembre 2020 (20 minutes chrono, sans relecture).

Les ravages du temps… Incontrôlables… Destructeurs. Je me souviens encore des premiers signes. Quelques briques effacées, ici et là, laissant pénétrer le soleil dans ma forteresse. Je n’y avais pas prêté attention. Jusqu’au jour où cette lumière chaude vint gommer des mots, des images de mon histoire… Précieusement rangés dans ce palais.

J’avais mis tant d’années à le construire. Pierres par pierres, je passais des heures entières seul dans ma chambre, au grand dam de ma mère. Incapable de me comprendre, elle me secouait pour que je revienne à la réalité… À sa réalité ! Mais rien ne pouvait m’empêcher d’y retourner, pas même la maîtresse et ses punitions. Étourdi, benêt, fou… Et bien d’autres surnoms m’ont poursuivi toute ma vie.

Aujourd’hui, une tempête fait rage en moi. Un véritable ouragan qui détruit tout sur son passage, me privant de mon refuge et de mes souvenirs. Le visage de ma tendre épouse… Le prénom de nos enfants… Il ne reste qu’un champ de ruines balayé par une pluie incessante. Et moi, je suis immobile tel un spectateur médusé par l’horreur de cette scène… Impuissant.

C’est alors, qu’une feuille griffonnée s’envola et tomba à mes pieds. Une des plus belles journées de ma vie : notre mariage… Je revois Marie, sublime, dans sa robe blanche. Elle ressemblait à un ange. Un sourire se dessina sur mon visage marqué par le temps et une larme coula sur ma joue. L’inconnue devant moi ne saura jamais que ce bref instant de bonheur ne lui était pas destiné… Que j’étais loin déjà, incapable de comprendre ses paroles. La maladie a eu raison de moi. Plus jamais je ne pourrais revenir vers elle… Dans sa réalité.

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *