Guerrier divin

La réponse à nos prières – Réécriture

Les cieux ont enfin répondu à nos humbles prières. Guerrier divin. Protecteur. Archange… – peu importe le nom qu’on lui donne – il est notre unique salut. Les dieux l’ont envoyé sur Terre pour nous aider. Pour nous sauver de nous-même. Pour nous protéger de cette folie meurtrière qui consume l’espèce humaine.

Les vestiges fantomatiques d’un combat vieux de plus de mille ans nous offrent modestement refuge. Ici-bas, tout n’est que ruines et désolations. La nature se meurt, elle qui a si longtemps été abreuvée du sang de nos ancêtres, empoisonnée par la sueur de leur labeur. À présent, nous survivons plus que nous vivons. Nous, les pitoyables enfants de ces parents trop fiers, trop égoïstes et arrogants pour admettre leurs torts : destructions massives ; funestes guerres de pouvoir et de territoire ; pollutions en tout genre. Nous demeurons les héritiers maudits d’une planète fatiguée. D’une planète dévastée…

Devant moi se tient cet être lumineux si parfait, aux immenses ailes déployées. Une épée étincelante et menaçante à la main, il me regarde fixement avec mépris et dégoût. Il paraît si froid. Si dur. Aucun amour n’émane de lui. Aucune clémence. Mais comment lui en vouloir ? Nous ne méritons pas l’indulgence des dieux. Même si nous ne sommes pas responsables des effroyables erreurs de nos aïeux, nous ne valons pas mieux qu’eux. Aurions-nous été meilleurs si on nous avait laissé une chance ? Hélas, je crains que non…

Texte de L.S.Martins (30 minutes chrono). 
Image par Maurizio Lanciotti de Pixabay : Ange Guerrier L’Archange – Photo gratuite sur Pixabay

D’après le texte de L.S.Martins du 18 octobre 2020 (15minutes chrono, sans relecture).

Les Dieux ont répondu à nos interminables prières… Guerrier divin, Protecteur, Archange… Peu importe le nom qu’on lui donne. Il est enfin venu nous sauver. Nous sauver de nous-même… De cette folie meurtrière qui consume l’espèce humaine.

Nous avons trouvé refuge sur les vestiges fantomatiques d’un interminable combat, vieux de centaines d’années. Tout n’est que ruines et désolations. Nous survivons plus que nous vivons… Nous, les enfants misérables de ces parents trop fiers, trop égoïstes… Pour admettre leurs torts. Destructions massives, funestes guerres de pouvoir, pollutions en tout genre… Nous sommes les héritiers maudits d’une Terre fatiguée… D’une Terre dévastée.

Cet être, parfait, se tenait devant moi, ses ailes immenses déployées, son épée étincelante à la main. Dans son regard, seul le mépris brillait. Il paraissait si froid… Si dur. Aucun amour n’émanait de lui. Aucune clémence… Comment lui en vouloir ? Méritons-nous réellement l’indulgence des Dieux ? Nous ne sommes pas responsables des effroyables erreurs de nos ancêtres, mais aurait-on fait mieux si on nous avait laissé une chance ? Hélas, je ne crois pas…

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.