J'ai rêvé...

J’ai rêvé…

J’ai rêvé d’un grand moulin blanc isolé. Un véritable moulin en terre cuite posé confortablement sur une plage de galets. Un moulin gigantesque, seul au milieu d’un ciel azur…

J’en ai rêvé maintes et maintes fois. De ses grandes pales tournant au vent matinal. De cette brise chaude chargée d’embruns salés. De cette brise vivifiante effleurant mon visage…

J’ai rêvé de ce calme singulier. Du son mélodieux des vagues s’écrasant sur les rochers. Du cri familier des mouettes s’en allant pêcher. De cette merveilleuse liberté si longtemps espérée…

Est-ce un souvenir ? Un mirage de mon passé ? Ou simple création de mon imagination fertile ? Je ne saurais le dire… mais, chaque soir, lorsque je ferme les yeux je l’aperçois. Il m’attend patiemment. Inlassablement. Il est mon unique refuge. Mon audacieuse évasion… Loin de tout. Loin de mon présent.

Loin de cette réalité sombre et déprimante. Dans laquelle le ciel n’est plus que pollution et nuages menaçants. Dans laquelle l’air n’est plus que chaleur extrême et putréfaction… et le calme qu’illusion.

Alors, je rêve pour ne pas pleurer. Je rêve plutôt que d’espérer. Je rêve et jamais ne voudrais me réveiller.

15 minutes chrono, sans relecture. 

Texte de L.S.Martins

Image par Carabo Spain de Pixabay : Moulin Vent Moudre – Photo gratuite sur Pixabay

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.