Les ruines de mon passé

Les ruines de mon passé

C’est troublant, je me souviens de ce lieu avec une telle exactitude. Les tapisseries. Les boiseries. Les immenses rideaux de velours. Les odeurs de gâteaux émanant de la cuisine. Le bruit du plancher sous mes pieds… Comme si je n’étais jamais partie. Comme si je ne m’étais jamais enfuie.

La demeure de mes parents se trouvait au cœur des montagnes, non loin de la frontière du Nord. Un manoir somptueux. Un véritable dédale de couloirs et de pièces à travers lequel nous courions, mes frères et moi. Nous jouions à cache-cache, aux pirates… Nos rires raisonnaient du matin au soir dans cette bâtisse mystérieuse. C’était une autre époque… un autre monde.

L’été, nous profitions du plan d’eau, non loin des jardins à la Française, comme les appelait notre mère. Cet incroyable labyrinthe de verdure savamment décoré. J’aimais m’y perdre quelquefois. Pour y observer un papillon aux ailes colorées, me délecter des effluves sucrés des parterres de fleurs, ou simplement profiter du chant mélodieux d’un oiseau bavard.

Aujourd’hui, je reviens sur les traces de mes aïeux, pour comprendre. Comprendre qui je suis. Mais j’arrive trop tard. Il ne reste plus rien. Rien des jardins. Rien du plan d’eau. Rien du manoir… Seules quelques pierres éparpillées autour des ruines de ce vieux mausolée. C’est étrange, je n’en ai aucun souvenir. Pourquoi ? Était-il sur les terres interdites de la propriété ? Mon père nous contait des histoires épouvantables pour que jamais nous n’y mettions les pieds. Il parlait de fantômes, de créatures effroyables qui hantaient nos cauchemars les plus sombres. De quoi voulait-il nous protéger ?

D’un pas hésitant, je grimpe les marches de marbre. Guidée par les cris stridents d’un corbeau, je m’aventure dans ce curieux tombeau et tombe face à face avec un ange. Il est si beau. Si grand. Si parfait. Je ne peux m’empêcher de m’incliner devant cette apparition divine. Non par croyance. Par respect.

Pourtant, lorsque je relève enfin les yeux, je ne peux que trouver la foi… L’ange s’incline à son tour et descend de son piédestal. Il me prend délicatement la main et me demande du regard de le suivre…

15 minutes chrono, sans relecture.

Texte de L.S.Martins.

Image par Enrique Meseguer de Pixabay : Ruines Mausolée – Photo gratuite sur Pixabay

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.