Image créée  par Fabien disponible sur Pixabay

Porte ouverte sur mes souvenirs

Derrière cette façade aux couleurs chaleureuses, se cachent des souvenirs d’une enfance heureuse. La végétation y est quelque peu plus fournie, plus dense, seule témoin de toutes ces années d’absence. 

Une porte bleu azur, sans nuage, gardienne de tant de moments fabuleux. Des rires espiègles, des secrets inavoués, des chants discordants, des pleurs déchirants. 

Lorsque je ferme les yeux, je revois ma mère, les bras chargés de provisions, batailler avec son sac à main pour en sortir l’énorme clé de bronze. Elle n’avait jamais envisagé d’en changer. Elle aimait bien trop cette grosse serrure digne d’une entrée de château. De notre château. 

Je peux encore entendre le cliquetis métallique suivi du grincement rauque avant de sentir cette brise fraîche et humide caresser mon visage. Alors, seulement, nous pouvions entrer dans notre modeste chez nous. 

Un grand escalier nous accueillait chaque jour. 35 marches de pierre froides menant à une vaste pièce sombre aux mille et une senteurs. Aux mille et une saveurs. Tantôt cuisine, tantôt salon. Tantôt chaleureuse, tantôt silencieuse.

J’y ai vécu mes plus beaux moments comme les pires. Pourtant, malgré ces quelques décennies, je ne veux me rappeler que des meilleurs, tous habités par ma mère et ma sœur, mes deux meilleures amies. Je veux oublier les mots durs, les gestes violents, les larmes contenues. 

Derrière cette façade aux couleurs chaleureuses, sont prisonniers à jamais les maux d’une enfance malheureuse. 

Texte de L. S. Martins -20 minutes chrono, sans relecture. 
Image créée  par Fabien disponible sur Pixabay

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *