Terres désolées

Terres désolées

  • Stop !! criai-je. Arrête-toi ! C’est quoi là-bas ?
  • De quoi tu parles ? gueula Jack.
  • Droit devant les trois silhouettes !

Je sortis mes jumelles pour observer ces terres désolées. Premier signe de vie depuis des semaines ! Je distinguai, dans la lumière pale du lever du jour, trois petits animaux à fourrure. Magnifique ! Je n’en avais encore jamais vu. Il faut dire qu’à part les mauvaises herbes, il n’y a plus rien dans cette région de la planète.

Jack, de son coté, coupa le moteur de sa bagnole puissante et s’empara de son snipe pour inspecter à travers le viseur. Il se tourna brusquement vers moi, le sourire aux lèvres et m’annonça :

  • Super ! Notre p’tit dej s’annonce délicieux !
  • Tu déconnes ? On parcourt ce désert depuis des jours et la première bestiole, tu veux la bouffer ? C’est quoi ton problème, mec ?
  • Mon problème ? T’es sérieuse ? Comme tu l’as si bien dit, ça fait des jours qu’on n’a rien manger d’autre que ses merdes en barre ! Tu sais ce qu’ils mettent là-d’dans ? Non ? Eh bien, crois-moi, tu veux pas savoir ! Alors oui, si ça ressemble pas à un humain, j’en fais mon repas.
  • Tu m’écœures !
  • Désolé ma belle, mais c’est la loi du plus fort désormais. Et il se trouve, qu’avec ma douce ici présente, dit-il en brandissant son arme, nous sommes les plus forts !

Jack sortit de la voiture et s’appuya sur le moteur encore fumant pour tirer. L’écho de ce premier tir résonna et se perdit dans l’immensité du désert. J’entendis alors Jack râler. Il avait raté sa cible !

  • Merde ! Ils bougent sacrément vite !

Il se remit en position, retint sa respiration, mais cette fois-ci, il n’eut pas le temps d’appuyer sur la gâchette. Sa tête vola loin de son corps et je fus éclaboussée de sang. Prise de panique, je me hissai à la place du conducteur et démarrai. Dans un bruit tonitruant, la caisse décolla envoyant valser le corps sans vie de Jack.

Je n’avais perçu qu’une ombre, furtive et d’une précision meurtrière. Nous n’étions pas les seuls à avoir subi les ravages et mutations de cette foutue guerre nucléaire. Et de toute évidence, même bien armés, nous n’étions plus les plus forts !

Texte de L.S.Martins

Image par Mark Frost de Pixabay

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *