Mon unique chance

Mon unique chance

C’était mon unique chance. Celle de quitter ce royaume infernal et de débuter une autre vie, loin. Très loin… Et pour cela, je devais attirer l’attention du capitaine de ce gigantesque navire.

J’avais passé toute ma vie à fuir. Depuis mon plus jeune âge. Et pour cause ! J’étais un véritable paria parmi les miens. Orphelin de naissance, mes parents m’avaient laissé un étrange héritage. Un physique peu avantageux et terriblement disgracieux.

Deux jambes, semblables à celles des habitants de la surface, au lieu d’une queue recouvertes d’écailles. Poséidon, lui-même, estimait ma présence insupportable… répugnante. Pourtant, j’étais bel et bien un membre du peuple des eaux. Aussi rapide et agile que tous les garçons de mon âge.

Il n’y avait aucun avenir pour moi dans ces profondeurs. Aucune femme ne voudrait de moi pour, un jour, fonder une famille. Aucun acte valeureux ou chevaleresque ne me vaudrait honneur et reconnaissance. Rien ne pouvait m’aider à trouver ma place, ici…

Alors, depuis plus d’une semaine, j’attendais proche de la surface. J’attendais qu’un navire navigue sur ces eaux pour pouvoir enfin m’échapper. Il ne restait plus qu’à attirer son attention. Pour cela, je fis appel à toute la magie qui sommeillait en moi. Ma main se mit à briller et le ciel s’assombrit. Une épaisse brume se leva, masquant ma présence, et la foudre s’abattit sur le bateau. Je ne contrôlais plus rien.

Était-ce ma faute ? Mon pouvoir ? Aucune idée. Mais mes chances de partir loin d’ici venaient de s’envoler… de disparaître.

15 minutes chrono, sans relecture.

Texte de L.S.Martins.

Image par cocoparisienne de Pixabay : Navire Mer Détresse – Photo gratuite sur Pixabay

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.