Voie lactée

Voie lactée – Réécriture

Impossible de contenir davantage mes larmes. L’émotion est bien trop vive… bien trop saisissante. Comment pourrait-il en être autrement ? Comment pourrait-on rester insensible devant cette immensité ? Devant cette beauté indescriptible…

L’obscurité enveloppante de la nuit printanière s’estompe peu à peu dévoilant les plus beaux atouts de ce ciel extraordinaire. L’euphorie monte doucement en moi. Je me sens si chanceuse… si privilégiée face à ce paysage si paisible. Si parfait…

Le vent joue dans mes cheveux, me susurrant des mots ensorceleurs. Le froid mord ma peau, me rappelant ma misérable condition de mortel. Quant à moi, je n’ose bouger… de peur d’effrayer ces cieux habituellement si pudiques. De peur de contrarier ces éléments habituellement si hostiles.

Et dire que tant d’autres se sont tenus, ici même, avant moi. Des poètes, des philosophes, des mathématiciens… les auteurs de nos légendes. Au pied de cette immense arche constellée d’étoiles étincelantes. De cette voûte céleste maculée de milliards de points scintillants… de milliards de gouttes du lait nourricier de la déesse Héra.

Que j’aime contempler cette toile féerique. M’éloigner de la civilisation et de ses lumières qui ne cesse de nous isoler de cet univers si énigmatique.

Version du 1e juillet 2020

Je ne peux contenir davantage mes larmes devant l’immensité et la beauté de ce spectacle féerique. Seule, au pied de la voie lactée, je me sens privilégiée. Tel un chat, mes yeux se sont habitués à l’obscurité enveloppante de la nuit. C’est alors que le ciel me révèle ses plus beaux atouts. Je sens le vent  divin jouer dans mes cheveux, me susurrant des mots ensorceleurs. La fraicheur de la nuit mord délicatement ma peau. Tout est si paisible. Alors, de peur d’effrayer ces cieux habituellement si pudiques, je reste immobile, sans un bruit.

Difficile d’imaginer que des siècles auparavant d’autres ont pu l’observer avant moi… Des poètes, des philosophes, des mathématiciens… donnant naissance à de nombreuses mythologies et légendes. Comme celle autour de son nom… « voie lactée » bien étrange pour cette toile admirable entachée de milliards de points scintillants. Selon les Grecques, cette arche, constellée d’étoiles, n’est autre que le lait divin d’Héra éclaboussant la voûte céleste.

Si vous souhaitez la contempler, vous devrez vous éloigner de la civilisation et de ses lumières. La pollution lumineuse, véritable fléau pour les oiseaux de nuit, nous isole de cet univers si vaste et énigmatique.

15 minutes chrono, sans relecture.

Texte de L.S.Martins.

Image par Free-Photos de Pixabay

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.